Interview

5 minutes avec le duo Colorado

Si votre groupe du lycée est un lointain souvenir, il en est tout autre pour les Colorado. Originaires de Saint-Brieuc, Charles et Martin découvrent le rock à l’adolescence et optent dès le lycée pour la musique électronique. Rien d’extraordinaire jusqu’à ce que les compères décident de façonner leur esthétique musicale à l’aide de leur producteur Timsters.

Depuis lors, sont sortis deux EP’s aux ambiances différentes, Wind and Movement se rapprochant d’une vague plus expérimentale qui vient tantôt explorer les frontières de la dance music tandis que leur dernier en date, Mindset, tend vers un registre pop d’une manière décomplexée. Un souffle nouveau pour un genre très souvent imité sans aspirer à être irréprochable. Mèche bien rangée sur le côté et synthés en avant, le duo ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et compose à présent son premier album prévu pour cette fin d’année.

Nous les avons interviewés à l’occasion de leur prochain concert ce vendredi 17 mars au Point Ephémère dans le cadre du Festival Paris Music avec Mnnqns et Ellah A.Thaun.

 

 

Blank Title : Vous avez commencé dans un groupe de rock, comment vous en êtes venus à la musique électronique?

Charles : Nos écoutes musicales ont évolué. On écoutait du rock au collège et quand on s’est mis à écouter de la musique électronique, notre musique a évolué avec. Je ne me souviens pas forcément des noms mais en tout cas c’était plus électronique.

Votre producteur fait partie du projet jusqu’à être investi dans vos clips, pourquoi ne pas l’intégrer au groupe et en live?

Charles : On est allés voir Julien (Timsters, ndlr) au départ pour améliorer la qualité de nos sons. On cherchait un producteur. On s’est très bien entendus sur le plan humain et en même temps que la production de nos sons notre amitié s’est développée. On adorait la dynamique qu’on avait ensemble. C’est devenu un élément capital du projet. On ne l’a pas intégré parce que l’essence même du groupe c’est nous, Martin et moi, et Julien a sa place de producteur.

 

C’est vrai qu’on pourrait se demander pourquoi il n’est pas dans le projet mais on voulait rester en duo.

 

 

Votre dernier EP est plus pop, plus aérien, les voix sont moins transformées, comment s’est vécue cette évolution?

Martin : On n’écoutait pas du tout les mêmes sons entre le premier et le deuxième EP. On a évolué en même temps que nos écoutes musicales, d’autant plus qu’on a appris plein de choses avec notre producteur. C’était une évolution naturelle.

Charles : Dans ce deuxième EP on cherchait à inventer quelque chose de nouveau et c’est pour ça que les deux EP’s sont très différents.

Vous avez des idées précises pour votre premier album?

Charles : Carrément. On a commencé la composition de notre album début janvier. On a déjà la moitié de l’album pour l’instant. En ce moment on ne fait vraiment que ça.

 

On est contents d’avoir fait nos deux EP’s avant, ça nous a permis de faire nos armes et on se sent vraiment prêts pour l’album.

Ce sera toujours avec Timsters notre producteur actuel.

Quelles sont les principales émotions que vous souhaitez partager?

Martin : C’est à l’auditeur d’interpréter. On n’a pas d’émotions spécifiques et précises qu’on veut partager, c’est plutôt à la personne de se faire sa propre idée selon son ressenti.

Charles :

Quand on compose, on compose pour nous. Il faut d’abord que ça nous plaise et que ça nous mette dans un état qu’on aime bien.

Ensuite quand les morceaux sortent et on laisse au public le choix de vivre notre musique comme il l’entend. Ça part d’un ressenti mais plus personnel à la base.

Comment vos morceaux sont adaptés pour le live?

Martin : Je suis au chant. Dès qu’on finit les morceaux en studio on va en répétition pour préparer le live et on crée de nouvelles parties.

Charles : On adapte nos morceaux pour le live, soit en étendant certaines parties ou en les modifiant. Nos morceaux sur scène sont différents parce qu’on les appréhende différemment. Martin est au chant avec plusieurs synthés et moi je suis à la batterie. Donc c’est une batterie électronique montée debout avec des éléments de batterie acoustique. Toutes les cymbales sont acoustiques et j’ai aussi deux toms acoustiques.

Vous connaissez les groupes avec qui vous allez jouer vendredi?

Charles : Non pas du tout. On a le même tourneur mais on ne connaît pas ce qu’ils font.

Qu’est-ce que vous écoutez en ce moment?

Martin : En ce moment j’écoute beaucoup Parcels et Weval.

Charles : On écoute tous les deux M83, sinon pas mal de Paradis et James Blake.

Vos synthés préférés?

Martin : Le Roland Juno-6 et le Prophet’08 de Dave Smith.

Suivez Colorado :
Facebook
SoundCloud

Temps de lecture: 4 minutes